Le corbeau

 

Bien que cette constellation soit aujourd’hui appelée le Corbeau, elle est en fait l’oiseau prophétique d’Apollon. Les plumes d’argent de cet oiseau devinrent éternellement noires lorsque le dieu, courroucé, le maudit pour lui avoir annoncé que sa maîtresse Coronis lui était infidèle.

Pour les Celtes, le corbeau était aussi l’oiseau sacré de Bran, le dieu dont la tête coupée et prophétique se trouve, dit-on, sous la Tour de Londres, laquelle est toujours gardée par des corbeaux, dont dépend la sécurité de la cité. Deux corbeaux appelés Hugin et Mugin, ou Esprit et Mémoire, sont également perchés sur les épaules du dieu nordique Odin et l’informent de tout ce qui se passe dans le monde. La venue de Corvus dans le ciel semble cependant remonter à la vallée de l’Euphrate, où c’était un des corbeaux géants nourris par le dragon du chaos, Tiamat ou l’Hydre, sur le dos duquel il se tient.

Dans la Grèce antique, Crater, la coupe d’or sur le dos de l’Hydre, appartenait, comme le Corbeau, à Apollon, le dieu de la Musique et de la Divination, et à Dionysos, le dieu réjoui du Vin, qui, avec son entourage de léopards, centaures et satyres, balaya la Grèce comme une tempête venant d’Asie Mineure.

Elle a également été associée à la « Coupe Soma » de l’Inde antique et à la « Coupe du Christ », le Saint-Graal.

 

Illustration  ©   http://www.astronet.ru/db/msg/1190093/crv.html

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/