Les poissons

 

Les deux poissons de Pisces, le dernier signe du zodiaque, nagent dans des directions différentes mais sont reliés par un ruban, en Aries (le Bélier) et Aquarius (le Verseau).
Dans la mythologie gréco-romaine, Aphrodite et son fils Eros, pourchassés par le monstre Typhon, se transformèrent en poissons. Ils s’attachèrent par la queue pour s’assurer de ne pas être séparés et prirent la fuite à la nage. L’anneau d’étoiles du Poisson occidental, sous Pégase, s’appelle le Petit Cercle. Le Poisson oriental se trouve sous Andromède.

Les poissons sont un symbole à la fois chrétien et païen. Ils apparaissent pour la première fois dans un mythe primitif, poussant un œuf géant hors des eaux du fleuve Euphrate. De l’œuf sortit la déesse de l’Amour Atagartis. La déesse et son fils-amant Ichthys prirent la forme de poissons, et tous ses temples possédaient des bassins à poissons sacrés.

Ce culte primitif du poisson, centré sur la déesse mère et son fils, qui, chaque année, meurt pour ensuite renaître, a de nombreux points communs avec l’histoire chrétienne et le Christ : le Pêcheur d’Hommes qui divisa les pains et les poissons avait reçu, au début du christianisme, le surnom d’Ichthys, qui signifie « poissons ».

Le commencement de l’Age des Poissons, quand l’équinoxe de printemps sortit d’Aries (le Bélier), il y a 2 000 ans, pour entrer dans Pisces, coïncida approximativement avec la naissance du Christ, aujourd’hui fixée à l’unanimité vers l’an 7 avant J.-C. Cette année-là, Jupiter et Saturne se rencontrèrent, au point marquant dans le ciel le nouvel équinoxe des Poissons et donnant une étoile exceptionnellement brillante qui, pendant les mois d’hiver, a pu guider les Rois Mages vers le Sud, de Jérusalem à Bethléem.

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/

 

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/