Le scorpion

 

Dans la mythologie, le nom de cette constellation se réfère au scorpion qui tua Orion en le piquant au talon. C’est pourquoi ces deux constellations – le Scorpion et Orion – sont situées à l’opposé dans le ciel, où ellesse fuient pour l’éternité.

Le grand Scorpion du zodiaque s’étend entre Libra (la balance qui autrefois formait ses pinces), et le farouche centaure Sagittarius qui pointe sa flèche vers son cœur.

Alors que le chasseur Orion se couche au printemps à l’Ouest, son ennemi le Scorpion se lève dans le ciel de l’Orient.

C’est la morsure du Scorpion envoyé par Artémis, la déesse chaste de la Chasse et de la Lune qui causa la mort d’Orion, que même Asclépios, le dieu de la guérison ne put sauver. Les chevaux du char du dieu Soleil, conduits par Phaéton, avaient également été mordus par le Scorpion et s’étaient cabrés dans le ciel, asséchant les rivières et brûlant la terre.

Le Scorpion se forma vers 5000 avant J.-C., dans la vallée de l’Euphrate où il était consa­cré au dieu de la Guerre et symbolisait l’obscurité et le déclin de l’année décroissante.

Gilgamesh, le prototype de tous nos héros fut défié par un homme-scorpion qui gardait l’accès du lever du soleil, grandes portes qui se repliaient sur le flanc abrupt des montagnes de l’orient.

Le Scorpion a toujours été redouté des marins, son lever, en automne coïncidant avec les tempêtes. Cependant, pour les alchimistes qui croyaient pouvoir fabriquer de l’or en dégageant l’esprit de la servitude de matière, novembre, époque du déclin de la Terre et saison du Scorpion, était la période la plus active de l’année. Alors seulement l’esprit pouvait se dégager et le métal vil être changé en or.

L’histoire du Scorpion Faust et de Méphistophélès auquel il vendit son âme, montre l’amertume et le cynisme qui sont l’origine des difficultés du Scorpion, mais l’aigle aux ailes déployées, qui est l’autre symbole du signe, représente les hauteurs qu’il peut atteindre s’il gagne la bataille.

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/

 

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/