La grande ourse

 

La Grande Ourse est l’une des plus anciennes constellations mais aussi la plus connue.

De nombreuses légendes lui sont associées. Le groupe de 7 étoiles qui lui vaut l’appellation de Grand Chariot – ou de Grande Casserole – est fort célèbre.

Les Indiens Chérokees voyaient dans le manche de la Casserole une troupe de chasseurs poursuivant un ours, depuis l’instant où il est haut dans le ciel, au printemps, jusqu’au moment où il décline, dans les soirées d’automne. Au crépuscule, l’ours et ses chasseurs se déplacent chaque jour un peu plus vers l’ouest.

Les Iroquois de la vallée du Saint-Laurent, au Canada, et les Micmacs de Nouvelle-Ecosse ont à son sujet une histoire plus élaborée : l’ours est chassé par 7 guerriers. La chasse commence à chaque printemps, quand l’ours quitte la Couronne Boréale, sa tanière, pour ne s’achever qu’à l’automne. Le squelette reste dans le ciel jusqu’au printemps suivant, où un nouvel ours émerge de la couronne boréale, et la chasse recommence. Les Sioux du centre de l’Amérique du Nord voient dans l’ours, un putois à longue queue.

Pour les anciens Chinois, les étoiles du Chariot formaient un boisseau destiné à répartir équitablement la nourriture en période de famine.

Les peuples germaniques considéraient ce groupe d’étoiles comme une charrette tirée par 3 chevaux.

Les Romains imaginaient un attelage de 7 bœufs conduits par Arcturus vers le pôle.

Pour les Grecs, l’Ourse fut placée dans le ciel par Zeus qui était amoureux de Callisto, nymphe d’Arcadie et accompagnée d’Artémis, la déesse vierge de la chasse. Pour sauver Callisto et l’enfant qu’elle portait de la colère de la chaste Artémis, Zeus fit d’elle une constellation, la Grande Ourse, et la plaça près du pôle. Arctos, l’Ourse et Arcturus (boötes, le Bouvier), son fils, le Gardien des Ourses, donnèrent leur nom aux terres arctiques.

La constellation tournant autour du point fixe du pôle qui est l’ « axe du monde », elle devint le Conducteur de l’Axe sanscrit, que les Grecs transformèrent en Ixion, tournoyant pour l’éternité sur la roue flamboyante du Zodiaque et des constellations.

Dans l’Angleterre primitive, c’était le char du roi Arthur et de sa demeure. Arth signifie « ours » et Uthyr « merveilleux » : l’origine de la Table Ronde, avec le Saint-Graal en son centre est peut-être la même que celle de la roue tournoyante d’Ixion, (voir Draco pour le symbolisme du pôle Nord). Plus tard, elle reçoit l’appellation traditionnelle du Char de Charles, en souvenir de l’association légendaire entre le roi Arthur et l’empereur Charlemagne, qui tenaient chacun une cour de valeureux chevaliers, qui ne sont pas morts, mais endormis, prêts à s’éveiller et à sauver leur pays à l’heure du danger. Son nom de Chariot, peut-être le plus connu, remonte à l’Inde préhistorique, où elle était le chariot tiré par un bœuf inventé par Boötes, (le Bouvier) et qu’il mène autour du pôle.

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/

 

 

Illustration  ©  http://hsci.cas.ou.edu/